Daniel Balavoine : Quand le désespoir des jeunes fait place à la violence

Partager !

Le 19 mars 1980 Daniel Balavoine interpellait François Mitterrand :
“La jeunesse se désespère. Elle est profondément désespérée parce qu’elle n’a plus d’appui, elle ne croit plus en la politique française (…)
Le désespoir est mobilisateur, et lorsqu’il est mobilisateur il devient dangereux et ça entraine le terrorisme […]
Il faut que les grandes personnes qui dirigent ce monde soient prévenues que les jeunes vont virer du mauvais côté parce qu’ils n’auront plus d’autre solution”
TRENTE SIX ans plus tard….. Absolument rien n’a changé et nous sommes exactement dans la situation que Balavoine décrivait….
Si UN seul politique avait écouté et compris les besoins de la jeunesse du pays indépendamment de son origine, ethnie ou religion, en serions-nous là en 2016?

Ajouter votre commentaire

Votre email ne sera pas publiee.


*